Fintech Roundup: les travailleurs de Better.com partent en « masse » à la suite du retour du PDG Vishal Garg – La Blogueuse

Bienvenue dans ma nouvelle chronique hebdomadaire axée sur la fintech. C’est une période incroyable pour être journaliste spécialisé dans les technologies financières. Outre le fait que plus de 20 % de tous les dollars de capital-risque l’an dernier ont été investis dans startups fintech, je suis particulièrement enthousiasmé par les nombreuses façons dont cette technologie contribue à stimuler l’inclusion partout dans le monde. Alors que cette pandémie a été aspirée à 100 niveaux différents, une bonne chose qui en est ressortie est que les consommateurs et les entreprises ont forcé davantage de fintech à exister, et c’est une bonne chose.

Je publierai ceci tous les dimanches, alors entre les messages, assurez-vous de écouter le Balado sur l’équité et entendre Alex Guillaume, Natasha Mascarenhas et je riff sur tout ce qui touche aux startups !

Il y a eu beaucoup de drames chez le prêteur hypothécaire en ligne Better.com au cours des deux derniers mois et il semble que juste parce que son tristement célèbre PDG Vishal Garg est de retour à la barre, les controverses autour de l’entreprise ne manquent toujours pas. Plus tôt cette semaine, Dan Primack d’Axios a révélé que l’investisseur SoftBank, « dans son zèle apparent à soutenir l’entreprise », a promis de donner à Garg les droits de vote de 1,9% liés à son investissement initial, « sous réserve du règlement final de certaines procédures judiciaires (qui n’ont pas encore eu lieu) ». Pour ceux qui n’ont pas suivi cette saga, Garg a reçu une tonne de presse négative pour sa façon insensible de licencier 900 personnes sur Zoom, réprimandant ses propres investisseurs par e-mail et accusant les employés d’être des « paresseux » et des « dauphins stupides ».

Nous nous sommes tous demandé comment cet homme peut encore diriger le spectacle et peut-être que les conditions de SoftBank aident à l’expliquer. Pendant ce temps, un ancien membre du personnel me dit que les employés de Better sont tellement contrariés que Garg soit de retour, qu’ils quittent l’entreprise en masse. Apparemment, les employés à tous les niveaux – des agents de crédit aux cadres supérieurs (dont certains sont censés laisser potentiellement des millions de dollars en capitaux propres sur la table). Comme l’employé me l’a dit : « C’est une disgrâce étonnante. Il ne serait pas exagéré de dire que les meilleurs talents et des centaines de tous les départements ont fui à la suite de Zoomgate.

Crédits image : Vishal Garg, PDG de Better.com / LinkedIn

Mais ce n’est pas tout. Maintenant que Garg est de retour, il est apparemment paranoïaque à propos des fuites dans les médias et selon un employé, lui et le reste des dirigeants encore là « ont tout mis sous clé ».

Par exemple, les responsables de l’ingénierie auraient eu une AMA (Ask Me Anything) avec Garg et seuls les travailleurs en personne étaient autorisés à y assister. Ces employés devaient signer des NDA et placer les téléphones dans des sacs en papier, et il y avait même des détecteurs de métaux pour s’assurer que personne n’avait d’appareils d’enregistrement. En outre, l’entreprise aurait désactivé le partage de documents Google en interne et bloqué l’accès à tous les tableaux de bord de l’entreprise, probablement parce que l’entreprise a probablement beaucoup souffert. Comme l’a dit l’employé : « Il n’y a aucune transparence sur quoi que ce soit. Vishal ne fait confiance à personne.

Parlons maintenant des paiements

Les petites entreprises pourraient bientôt être en mesure d’accepter des paiements en utilisant leurs iPhones sans avoir besoin de matériel supplémentaire, selon cette pièce, qui cite Bloomberg. Ceci est intéressant car si cela est vrai, Apple pourrait être considéré comme prenant Square dans l’espace des paiements sans contact. J’ai trouvé tout cela particulièrement intrigant car en octobre, j’ai écrit sur une startup nommée Cube magique – qui est soutenu par Visa – qui développe une technologie qui aura un impact sur les utilisateurs d’Android.

Crédits image : Cube magique

La technologie logicielle de cette société offre aux commerçants un moyen d’accepter les paiements par carte sur n’importe quel appareil grand public sans lecteur ni matériel supplémentaire requis. Le PDG et co-fondateur Sam Shawki m’a dit en octobre qu’il pensait que sa startup « sera la partie dominante du côté Android, qui représente 85% de l’univers ».

La semaine dernière, Shawki m’a dit qu’il avait une vision encore plus grande en matière de paiements sans contact :

L’entrée d’Apple sur le marché de l’acceptation des paiements va certainement enflammer l’espace. Mais il existe une vision encore meilleure de l’acceptation de softPOS qui va au-delà de celle d’Apple : une vision qui repose sur une plate-forme ouverte, où tous les appareils et tous les réseaux de cartes sont les bienvenus, les données de paiement sont véritablement sécurisées selon les normes les plus élevées et les plates-formes sont facilement évolutives. Un vaste écosystème de pionniers de la technologie, de réseaux de paiement, d’émetteurs et d’acquéreurs développent une solution softPOS qui s’étend au-delà du jardin clos de toute entreprise.

Dans cette vision, les commerçants sont propriétaires de leurs propres données. Sur n’importe quel appareil et système d’exploitation, softPOS est facile à mettre en œuvre et ne nécessite aucune certification. Les appareils dédiés chers deviennent obsolètes. Alors que ces technologies prolifèrent dans la vie de tous les jours, nous assisterons à l’avènement du Internet des paiements… Ensemble, plus tôt que vous ne le pensez, les nouveaux venus renverseront les titulaires. Le météore est sur le point de frapper. Et nous nous en porterons tous mieux.

Le fait que de plus en plus d’entreprises facilitent le paiement sans contact n’est pas surprenant et bienvenu car cela signifie sécurité et commodité pour les utilisateurs. Ce sera passionnant de voir comment tout cela se déroulera.

Rondes notables et un nouveau fonds

Notre journaliste startups basée au Nigeria, jours Kene-Okafore la semaine dernière a écrit sur Esusu, une société de technologie financière basée à New York qui cible les groupes d’immigrants et de minorités et fournit des rapports sur les loyers et des solutions de données pour la constitution de crédits, qui levé 130 millions de dollars dans un cycle de série B dirigé par SoftBank Vision Fund 2. L’investissement a donné à Esusu, quatre ans, une valorisation de 1 milliard de dollars, ce qui en fait l’une des très rares licornes appartenant à des Noirs aux États-Unis et dans le monde (j’adore voir cette liste s’allonger !). Co-fondateurs et co-PDG d’Esusu Américain d’origine nigériane Abbaye de Wemimo et amérindien Samir Goël viennent de foyers immigrés et déclarent avoir été directement victimes d’exclusion financière. Cela les a amenés à lancer Esusu en 2018 dans le but d’établir les cotes de crédit des immigrants et des Afro-Américains et de «tirer parti des données pour combler l’écart de richesse raciale» via les paiements de location.

Esusu

Tage a également couvert NALA, une société tanzanienne de paiements transfrontaliers qui est récemment passée des transferts d’argent locaux aux transferts d’argent internationaux, et sa récente levée de fonds de 10 millions de dollars. La startup a pour mission de construire la « Revolut for Africa ». Vous pouvez tout lire à ce sujet ici.

Outre Esusu, la semaine dernière a vu naître une autre licorne fintech. CaptivateIQ, qui prétend automatiser les flux de travail de commission à l’aide de l’IA, a levé son troisième tour en 20 mois. Moins de 10 mois après avoir levé sa série B de 46 millions de dollars, CaptivateIQ a levé 100 millions de dollars lors d’un tour de série C à une valorisation de 1,25 milliard de dollars. La startup basée à San Francisco, qui a développé une plate-forme SaaS sans code pour aider les entreprises à concevoir des plans de commission de vente personnalisés, affirme qu’elle a « plus que triplé » ses revenus par rapport à l’année précédente, bien qu’elle ait refusé de fournir des chiffres concrets sur les revenus. Un trio d’entreprises a codirigé le dernier investissement de CaptivateIQ, dont ICONIQ Growth et les bailleurs de fonds existants Sequoia et Accel.

Dans le domaine des fusions et acquisitions, la banque d’investissement UBS a acheté le robot-conseiller financier Wealthfront pour 1,4 milliard de dollars dans le cadre d’une transaction entièrement en espèces. Alex a déballé l’affaire pour nous ici.

Sans surprise, l’Amérique latine continue d’être un foyer d’activités fintech. J’ai couvert le prêteur brésilien Creditas Financement de série F de 260 millions de dollars qui valorisait l’entreprise à 4,8 milliards de dollars. C’est en hausse par rapport à la valorisation de 1,75 milliard de dollars de la fintech au moment de son augmentation de 255 millions de dollars en décembre 2020. Fidelity Management a mené le dernier cycle. L’une des choses les plus intéressantes à propos de cette entreprise, en plus de tous les services sympas qu’elle fournit (y compris offrir aux Latino-Américains un moyen d’emprunter de l’argent à un taux d’intérêt BEAUCOUP inférieur à celui des banques traditionnelles), est de partager toutes ses finances ! Sérieusement, la mesure dans laquelle cette entreprise partage les détails de ses finances est quelque chose d’admirable et nous souhaitons que toutes les startups emboîtent le pas.

Crédits image : Créditas

De manière impressionnante, au troisième trimestre 2021, Creditas affirme avoir réalisé un chiffre d’affaires de 46,8 millions de dollars, en hausse de 233 % par rapport aux 14 millions de dollars du troisième trimestre 2020. Il s’est concentré sur la croissance, il enregistre donc toujours une perte. Mais le fondateur et PDG Sergio Furio m’a dit qu’il prévoyait des revenus annualisés d’environ 200 millions de dollars pour 2021. Pas mal du tout ! Je suis ravi de voir celui-ci continuer à grandir.

J’ai également couvert un nouveau fonds fintech lancé par un véritable influenceur fintech et une personne sympathique, Nik Milanović. Depuis plus de deux ans, Nik publie une newsletter intitulée This Week In Fintech, travaille chez Google Pay et investit des anges. Plus important encore, il a construit une véritable communauté de passionnés de fintech dans le monde entier. Maintenant, il met son argent là où il parle et lance son propre fonds de capital-risque, appelé simplement Le Fonds Fintech. Nik essaie de lever 10 millions de dollars pour son fonds, qui compte un tas de LP sympas, y compris des investisseurs qui investissent dans des startups fintech via d’autres véhicules (tels que Bain Capital, Better Tomorrow Ventures et Jillian Williams de Cowboy Ventures) et plusieurs fondateurs, dont Jake Gibson, co-fondateur de NerdWallet, et Mike Dudas de The Block. De plus, j’aime le fait que le fonds ait un objectif explicite de plus de 25% ou plus de ses dollars et du nombre total d’investissements allant à des fondateurs issus de milieux sous-représentés. J’ai mentionné l’inclusion en haut et il convient de noter que Nik y est également très attaché. ALLEZ NIK !

Crédits image : Fondateur Nik Milanovic / Le Fonds Fintech

C’est tout pour le moment. J’espère que vous avez eu autant de plaisir à lire ceci que j’en ai eu à l’écrire. Maintenant, allez profiter de ce qui reste de ce week-end !


Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>