L’autofocus de l’A7 IV de Sony fait briller cet appareil photo

Vue arrière de la caméra Sony A7IV

Le nouvel A7 de Sony L’appareil photo sans miroir plein format IV est l’un des meilleurs appareils photo sans miroir « d’entrée de gamme » du marché. Oui, il existe des capteurs à plus haute résolution et vous ne trouverez pas de fonctionnalités vidéo haut de gamme, mais vous auriez du mal à trouver une meilleure photo hybride polyvalente. et caméra vidéo.

Cette mise à jour ajoute un nouveau capteur de 33 mégapixels, une capacité de mémoire tampon insensée et presque illimitée, ce qui signifie que vous pouvez pratiquement continuer à filmer en RAW/JPG non compressé jusqu’à ce que la batterie soit épuisée, un système de mise au point automatique bien amélioré avec un meilleur suivi des yeux et une prise en charge de plus de vidéo. modes de capture, y compris Hybrid Log Gamma pour la lecture sur les téléviseurs HDR.

Quoi de neuf

Physiquement, l’A7 IV n’est pas très différent de son prédécesseur, bien que la poignée soit considérablement plus grande, donnant à l’appareil photo une sensation plus volumineuse. La nouvelle poignée est très similaire à celle utilisée par l’A7S III. Je l’ai trouvé moins confortable que mon A7RII, mais la sensation dépendra de la taille de vos mains. Je vous suggère d’en vérifier un dans votre magasin d’appareils photo local si vous le pouvez. Malgré sa taille accrue, il s’agit toujours de l’un des appareils photo plein format les plus compacts de notre guide des appareils photo sans miroir.

Photo : Sony

Les commandes à l’arrière restent assez proches de ce que vous trouverez sur d’autres appareils photo récents de la série A7. Il y a un multi-contrôleur à quatre voies qui peut également agir comme un cadran, un joystick pour positionner le point de mise au point automatique et six boutons qui sont tous programmables. Il y a suffisamment de commandes externes pour vous assurer que vous n’avez vraiment besoin de plonger dans les menus qu’une seule fois pour tout configurer comme vous le souhaitez. C’est une bonne chose aussi, car le système de menus de Sony est toujours labyrinthique, et moins vous y passerez de temps, plus vous serez heureux.

Ce qui est nouveau et remarquable à propos de l’A7 IV se trouve principalement à l’intérieur. L’A7 IV utilise un nouveau capteur CMOS rétroéclairé de 33 mégapixels, qui offre une meilleure résolution et une qualité d’image potentiellement meilleure dans les situations de faible luminosité. Le nouveau capteur est un pas en avant par rapport à l’A7 III (qui avait un capteur de 24 mégapixels), ainsi que ce que vous trouverez chez des rivaux comme le Canon R6, le Nikon Z6II et le Panasonic S1.

Dans le même temps, l’A7 IV est toujours l’appareil photo d’entrée de gamme de la gamme Sony. En termes de résolution, l’A7R IV, avec son capteur de 60 mégapixels, reste dans une classe à part. Il convient de noter que nous verrons probablement le capteur de l’A7 IV dans le successeur de l’A7C, ce que j’attendrais plus tard cette année – vous devriez attendre cela si vous voulez un boîtier d’appareil photo plus petit.

Bien que le capteur soit nouveau, le processeur de l’A7 IV provient du Sony A7S III centré sur la vidéo, où il se distinguait par sa plage dynamique. L’A7 IV reçoit un coup de pouce similaire, offrant 15 arrêts de plage dynamique, ce qui ouvre une gamme incroyablement riche de possibilités de post-traitement. Le nouveau processeur rend également l’A7 IV un peu plus rapide que son prédécesseur. (Sony affirme qu’il est jusqu’à huit fois plus rapide.) Je n’avais pas d’A7 III pour comparer les deux, mais je n’ai jamais eu l’impression que l’A7 IV s’enlisait.

Puissance de mise au point automatique

Avec le processeur et le capteur, le nouveau système de mise au point automatique de Sony, vu pour la première fois dans le produit phare A9, arrive enfin sur la gamme A7. L’amélioration ici est difficile à surestimer. Ce système, que Sony appelle « suivi en temps réel », est vraiment intelligent et très rapide.

Je teste une demi-douzaine d’appareils photo sans miroir haut de gamme par an, chacun promettant d’être plus rapide en mise au point automatique, mais la plupart sont en grande partie indiscernables à en juger par les résultats. J’avoue que, pendant mon temps libre, je ne photographie qu’avec des objectifs à mise au point manuelle. Je tire manuellement depuis que j’ai récupéré mon premier Minolta SR-T en 1988, et je suis assez rapide à ce stade. Dans la plupart des situations, à l’exception de la faune et des sports, j’obtiens moins d’images floues en mettant au point manuellement qu’avec le dernier et le meilleur autofocus. C’est-à-dire jusqu’à l’A7 IV.

Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>