Le relais privé d’Apple bouleverse les télécommunications dans le monde

Quand Apple a poussé iOS 15 est sorti sur plus d’un milliard d’appareils en septembre, la mise à jour logicielle incluait la première fonctionnalité de type VPN de la société, iCloud Private Relay. L’outil de confidentialité uniquement sur abonnement rend plus difficile pour quiconque d’espionner ce que vous faites en ligne, en acheminant le trafic de votre appareil via plusieurs serveurs. Mais l’outil a été repoussé par les opérateurs mobiles en Europe et, plus récemment, par T-Mobile aux États-Unis.

Alors que Private Relay a été déployé au cours des derniers mois, des dizaines de personnes ont commencé à se plaindre que leurs opérateurs mobiles semblent en restreindre l’accès. Pour beaucoup, il est impossible d’activer l’option si votre forfait inclut le filtrage de contenu, tel que le contrôle parental. Pendant ce temps, en Europe, les opérateurs mobiles Vodafone, Telefonica, Orange et T-Mobile se sont plaints du fonctionnement de Private Relay. En août 2021, selon un rapport du Télégraphe, les entreprises se sont plaintes que cette fonctionnalité leur couperait l’accès aux métadonnées et aux informations du réseau et ont suggéré aux régulateurs de l’interdire.

« Private Relay empêchera les autres d’innover et de rivaliser sur les marchés numériques en aval et pourrait avoir un impact négatif sur la capacité des opérateurs à gérer efficacement les réseaux de télécommunications », ont écrit les patrons des entreprises dans une lettre aux législateurs européens. Cependant, Apple affirme que Private Relay n’empêche pas les entreprises de fournir aux clients des connexions Internet rapides, et les experts en sécurité disent qu’il y a peu de preuves montrant que Private Relay causera des problèmes aux opérateurs de réseau.

Private Relay d’Apple n’est pas un VPN, ce que les opérateurs autorisent librement, mais il présente certaines similitudes. L’option, qui est encore en version bêta et n’est disponible que pour les personnes qui paient pour iCloud+, vise à empêcher les fournisseurs de réseau et les sites Web que vous visitez de voir votre adresse IP et vos enregistrements DNS. Cela rend plus difficile pour les entreprises de créer des profils à votre sujet qui incluent vos intérêts et votre emplacement, contribuant en théorie à réduire les façons dont vous êtes ciblé en ligne.

Pour ce faire, Private Relay achemine votre trafic Web via deux relais, appelés nœuds, lorsqu’il quitte votre iPhone, iPad ou Mac. Votre trafic passe de Safari au premier relais, connu sous le nom de « proxy d’entrée », qui appartient à Apple. Il existe plusieurs proxys d’entrée différents dans le monde, et ils sont basés à plusieurs endroits, explique Apple dans un livre blanc. Ce premier relais est capable de voir votre adresse IP et le réseau Wi-Fi ou mobile auquel vous êtes connecté. Cependant, Apple n’est pas en mesure de voir le nom du site Web que vous essayez de visiter.

Le deuxième relais par lequel passe votre trafic Web, connu sous le nom de « proxy de sortie », appartient à un partenaire tiers plutôt qu’à Apple lui-même. Bien qu’il puisse voir le nom du site Web que vous visitez, il ne connaît pas l’adresse IP à partir de laquelle vous naviguez. Il vous attribue à la place une autre adresse IP proche de votre lieu de résidence ou dans le même pays, en fonction de vos paramètres Private Relay.

Le résultat est qu’aucun des relais ne connaît à la fois votre adresse IP et les détails de ce que vous regardez en ligne, alors qu’un fournisseur VPN typique traitera toutes vos données. Contrairement à un VPN, le système d’Apple ne vous permet pas de modifier l’emplacement géographique de votre appareil pour éviter les blocages régionaux sur le contenu de Netflix et autres.

Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>