Le rôle de Tau dans la démence

Le cerveau humain est un réseau de connexions incroyable et complexe. Des cellules appelées neurones envoient des signaux d’une région à l’autre et leur communication nous permet de tout faire, de la formation de pensées à l’accès aux souvenirs.

Mais pour près de 6 millions d’Américains, les maladies neurodégénératives comme la démence, l’encéphalopathie traumatique chronique (CTE) et la maladie d’Alzheimer empêchent les neurones de fonctionner correctement. La perte de mémoire progressive qui caractérise ces maladies est bien connue. Pourtant, les mécanismes qui les provoquent et les moyens de les traiter sont encore mal compris. C’est en partie parce que les maladies neurodégénératives ont des causes différentes. La CTE peut être déclenchée par des traumatismes crâniens répétés, tandis que la démence fronto-temporale est causée par une mutation génétique, et la maladie d’Alzheimer peut être déclenchée par des facteurs environnementaux, génétiques et comportementaux. Mais toutes ces maladies se caractérisent par des dysfonctionnements de deux protéines présentes dans les neurones : la bêta-amyloïde et la tau.

Maintenant, les scientifiques commencent à mieux comprendre comment tau pourrait déclencher et propager des maladies. Dans un article publié la semaine dernière dans Cellule, des chercheurs du Buck Institute for Research on Aging ont détaillé «l’interactome» de tau, montrant toutes les protéines avec lesquelles il entre en contact. Ces informations offrent de nouvelles informations sur la façon dont le tau dysfonctionnel affecte la cellule et comment il peut se déplacer de neurone en neurone, semant éventuellement une maladie dans tout le cerveau.

« Ce type d’études nous donne un aperçu du processus de la maladie au niveau moléculaire », déclare Tara Tracy, professeure adjointe au Buck Institute et auteur principal de l’article. « C’est le but de toutes ces études, obtenir plus d’informations sur des choses qui pourraient être ciblées pour ralentir la progression. »

Au cours des dernières décennies, les scientifiques se sont concentrés sur la bêta-amyloïde, qui forme des amas autour de l’extérieur des cellules et bloque la communication entre elles. La théorie était que si les scientifiques pouvaient trouver un moyen de briser ces touffes – ou de les empêcher d’apparaître en premier lieu – alors la maladie pourrait être maîtrisée.

Mais après des années de développement, un certain nombre de médicaments destinés à la bêta-amyloïde ont largement échoué à améliorer les résultats pour les patients. L’année dernière, la Food and Drug Administration des États-Unis a accordé une approbation accélérée pour Aduhelm, le premier traitement de ce type approuvé depuis 2003, mais il est extrêmement coûteux et a été critiqué par des médecins qui disent qu’il est inefficace pour arrêter la progression de la maladie. De nombreux grands systèmes de santé, dont le Massachusetts General Hospital, la Cleveland Clinic et le Department of Veterans’ Affairs, ne le prescrivent pas.

Se concentrer sur d’autres protéines impliquées dans les maladies neurodégénératives pourrait aider les scientifiques à trouver de nouvelles façons de les traiter. « Les protéines n’agissent pas de manière isolée », explique Nicholas Seyfried, professeur agrégé de biochimie et de neurologie à l’Université Emory qui étudie la neurodégénérescence. Il dit que plus les scientifiques comprennent comment ces protéines défectueuses affectent les cellules, plus il pourrait y avoir d’options thérapeutiques.

Ce qui fait que tau passe d’une protéine normale à une protéine malade est parfois un mystère. Pour les patients atteints de démence frontotemporale, cela est causé par une mutation génétique. Mais pour les personnes atteintes d’autres maladies, la raison pour laquelle tau commence à mal se comporter est encore inconnue. En cas de CTE, cela peut être la conséquence de traumatismes crâniens répétés. Dans la maladie d’Alzheimer, des facteurs environnementaux comme la pollution de l’air ou des problèmes vasculaires qui empêchent le sang de circuler vers le cerveau peuvent jouer un rôle. Quel que soit le déclencheur, les protéines tau malades finiront par créer des amas. Contrairement à la bêta-amyloïde, ces gommes à l’intérieur de neurones.

Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>