Le robot d’entrepôt de Boston Dynamics obtient un contrat de 15 millions de dollars pour DHL – La Blogueuse

En mars de l’année dernière, Boston Dynamics a dévoilé son deuxième robot commercial, Stretch. Le système, construit à partir de son impressionnant concept de poignée mobile, est conçu pour intégrer les technologies robotiques avancées de l’entreprise dans un environnement d’entrepôt/logistique – facilement l’une des catégories les plus en vogue de la robotique de nos jours.

Aujourd’hui, la société appartenant à Hyundai a annoncé son premier client commercial – et c’est un gros client. Le géant de la logistique DHL s’est engagé dans un accord pluriannuel de 15 millions de dollars (ou « investissement » comme l’appellent les parties) pour amener le robot dans ses installations nord-américaines. Les détails spécifiques sur le nombre de robots achetés n’ont pas été révélés, mais Boston Dynamics dit qu’il va apporter une « flotte » de robots aux centres logistiques de DHL au cours des trois prochaines années.

Stretch se mettra au travail en déchargeant les camions pour commencer – une fonctionnalité que ses créateurs ont soulignée comme un élément clé de son déploiement initial. Des tâches supplémentaires seront ajoutées au cours du déploiement, dans le but d’automatiser davantage le processus de traitement des colis.

Selon le PDG Robert Playter, « Stretch est le tout dernier robot de Boston Dynamics, conçu spécifiquement pour relever les défis dans l’espace d’entrepôt. Nous sommes ravis de travailler avec DHL Supply Chain pour fournir une flotte de robots qui automatiseront davantage l’entreposage et amélioreront la sécurité de ses associés. Nous pensons que Stretch peut avoir un impact mesurable sur les opérations commerciales de DHL, et nous sommes ravis de voir le robot en action à grande échelle.

Le partenariat sera un terrain d’essai clé pour les ambitions commerciales de Boston Dynamics au-delà de son déploiement Spot en cours. La manutention des colis est un travail intensif et très répétitif qui nécessite de longues heures, des efforts et de multiples points de défaillance. Ce sera un test majeur pour l’entreprise sous Hyundai, qui a cherché à poursuivre ses ambitions commerciales.

Pour DHL, en attendant, c’est une opportunité d’automatiser certains rôles logistiques à une époque où les emplois de cols bleus se sont avérés difficiles à maintenir en personnel. C’est aussi une chance d’adopter plus pleinement l’automatisation car elle est en concurrence avec Amazon, qui a commencé à empiéter régulièrement sur l’espace de livraison des colis.

Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>